Héro*ïnes

CHEVALIER D‘ÉON DE BEAUMONT

créé par

CHEVALIER D‘ÉON DE BEAUMONT

* Né·e le 5 octobre 1728 à Tonnerre, aujourd’hui en France

† Mort·e le 21 mai 1810 à Londres, aujourd’hui au Royaume-Uni

Charles-Geneviève-Louis-Auguste-André-Timothée d’Éon de Beaumont était un·e diplomate, militaire, franc-maçon, auteur et épéiste français·e. Son apparence androgyne et ses capacités d’imitation ont fait du chevalier d’Éon un·e espion·ne idéal·e. En public, le Chevalier apparaît d’abord sous les traits d’un homme.

En 1756, le Chevalier est envoyé·e en Russie par le roi Louis XV comme espion·ne (officiellement comme secrétaire de l’ambassadeur). Comme les hommes ne sont pas autorisés à traverser la frontière russe à cette époque, le Chevalier arrive sous le nom de Lady Lea de Beaumont à la cour de la tsarine Elisabeth de Russie. Le Chevalier devait établir des relations diplomatiques entre la France et la Russie. Lea de Beaumont y parvient et la Russie se bat aux côtés de l’Autriche et de la France pendant la guerre de Sept Ans.

En 1763, le roi de France envoie le Chevalier, cette fois sous les traits d’un homme, à Londres en tant que secrétaire d’un ambassadeur (même s’il est secrètement diplomate et négociateur). Lorsqu’une dispute éclate entre d’Éon et son supérieur hiérarchique, d’Éon est rappelé en France. Il refuse de quitter l’Angleterre et reste en exil à Londres.

Bien que d’Éon porte généralement l’uniforme des dragons, des rumeurs selon lesquelles d’Éon est en réalité une femme ne tardent pas à circuler à Londres. Il est même possible de parier sur son véritable sexe. On lui demande de rendre des comptes, mais d’Éon refuse, affirmant qu’un examen serait grossier, peu importe le résultat. Après un an de stagnation, le pari est abandonné. En Angleterre, d’Éon porte provisoirement des vêtements de femme, peut-être pour échapper à l’expulsion. À partir de 1766, le chevalier travaille à nouveau comme espionne pour le roi de France. Après la mort de Louis XV, d’Éon n’est autorisée à rentrer en France qu’à la condition de continuer à vivre en tant que femme. Lea d’Éon de Beaumont regagne alors la France. La Chevalière d’Éon déclare être née femme et demande à être reconnue comme telle par le gouvernement. D’Éon prétend avoir été élevée comme un garçon, car Louis d’Éon de Beaumont n’aurait pu hériter de ses beaux-parents que s’il avait eu un fils.

Finalement, en 1785, d’Éon s’établit définitivement à Londres. Elle subvient à ses besoins en faisant des duels d’escrime vêtue de vêtements de femme et en vendant sa précieuse bibliothèque.

Le chirurgien qui a examiné le cadavre d’Éon a découvert qu’il avait trouvé « des organes masculins parfaitement formés à tous les égards », alors que le corps présentait également des caractéristiques féminines. Le sexologue Havelock Ellis inventa au début du XXe siècle le terme « Éonisme », en référence au Chevalier d’Éon, afin de désigner les « penchants pour le travestissement ». Le vrai sexe de d’Éon est inconnu.